11 janvier 2012

FAST AND FURIOUS 4, J. Lin, 2009

   (Je passe sur le début du film pas très intéressant, c'est la mise en place des personnages qu'on connaît déjà - une scène de poursuite à la James Bond, des voitures qui accélèrent dans une fumée de Michelin, des culs incroyables qui sortent de voitures de beauf, etc. Bref, la routine. C'est au bout d'un bon quart d'heure que c'est mieux - même si nous devons relativiser...)

la-tristesse   C'est la nuit. Une route de (presque) campagne. Des traces de freinages violents sur un asphalte éclairé par un lampadaire perdu. Puis, on entend les bruits des moteurs rugir, quelques images quasi subliminales se perdent dans le corps d'un homme debout au milieu de cette route en réalité vide. Montage parallèle entre la scène de l'accident de Letty (en flash-back) et Dom Toretto qui retourne sur les lieux de l'assassinat de celle qu'il aimait plus que tout (celle qui reniflait les chiennes, voir ici).
   Comme un vieux chef indien qu'il n'est pas, il s'agenouille à terre, frôle le sol et saisit une fine poussière ocre et comprend (presque) tout à cet instant : la course-poursuite et la mise à mort de la belle. Mise à mort qui intervient à l'instant en fait en flash-back tu as suivi ?) par un sbire d'un mafieu quelconque - qu'on apprendra à connaître un peu plus tard, on en piaffe d'impatience. Pour l'instant l'heure est à la tristesse : "Hey coco, fais la gueule, t'es censé être abattu de tristesse !" lui crie l'assistant sur le plateau. Gros plan sur le Vin. Il fronce les sourcils, plisse les lèvres dans une grimace pathétique, il est triste (ça se voit bien sur le photogramme). Maintenant, le film peut (enfin) démarrer.

 

miss-israel   Alors, que se passe-t-il dans cet épisode ? Il dit un truc du genre : "C'est déjà trop tard", il retient un moteur de voiture (200 kilos, c'est rien, c'est Vin) accroché à une chaîne avec sa main droite au-dessus d'un pauvre type qui a (un peu) peur, il crie : "Ta gueule !" à un gars qu'arrête pas de pleurnicher parce qu'il le suspend par une jambe de la fenêtre du 3e étage d'un immeuble, il dit un truc que j'ai pas compris qui fait : "Quand je vois des phares clignoter dans mon miroir j'arrête jamais" (mais c'est peut-être la version française qui est désastreuse), il dit aussi : "Tu crois vraiment au Père Noël Brian !" et aussi "Il était pas prévu que personne revienne" et ça en fait des négations, il y a encore une fille très belle (là, c'est vraiment vrai, c'est Gal Gadot, Miss Israël 2004 quand même, c'est elle sur la couverture de Cosmo) qui lui dit deux fois "Vaya con Dios" mais à sa tête (celle de Vin) on voit bien qu'il ne parle pas espagnol et encore plein d'autres trucs incroyables. Yo, je te jure.

 

le-futuroscope   La scène finale est une porte ouverte vers la suite (on est déjà rassuré). Vin se fait coffrer, je ne rentre pas dans les détails, ving-cinq ans à passer derrière les barreaux de la prison de Lompoc (Californie), c'est bête. Donc, il part avec ses potes, tous habillés en orange (apparemment, l'accessoiriste n'avait pas la bonne taille pour le pauvre Vin qui ressemble plus à un membre des YMCA plutôt qu'à Dom Toretto in person) dans un bus de base, genre bus scolaire qui irait au Futuroscope si on n'était pas dans Fast and Furious. Tout se passait bien quand, à l'extrême fin du film alors qu'on croyait dur comme fer que tout était foutu, Brian et sa soeurette Mia foncent vers le bus pour tenter l'audacieuse évasion dont on ne verra rien. Le générique s'écrase sur notre respiration laissée lâchement en suspend. Yo, je te jure.

Posté par thesharkisback à 10:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur FAST AND FURIOUS 4, J. Lin, 2009

    Yo ?

    et dans la catégorie, "pour les plus courageux qui voudraient aller plus loin dans l'étude de ce film", un magnifique documentaire vidéo sur ce film est disponible ici :

    http://www.allocine.fr/video/emissions/faux-raccords/episode/?cmedia=19213522

    et il y a du lourd, du très lourd.

    Posté par scardi, 11 janvier 2012 à 11:02 | | Répondre
  • Je confirme: les faux raccords d'allociné sont à voir. Peut-être pas tous à la suite pour garder le plaisir des gags parfois trop répétitifs.
    Certains sont moyens: reflet de caméra ou mauvais champ/contre-champs mais d'autres sont inoubliables: murs en carton, tremplin pour cascadeurs,...

    Posté par Pascal, 16 janvier 2012 à 17:48 | | Répondre
  • @ Seb et Pascal : série B oblige, y a du faux-raccords à répétitions, ils n'ont pas eu de quoi se payer un script qui évite ce genre de trucs...

    Posté par Nicolas, 16 janvier 2012 à 17:54 | | Répondre
Nouveau commentaire